La carnosine : Le supplément miraculeux d’origine naturelle

acheter carnosine Le marché actuel des vitamines et suppléments regorge de produits accompagnés d’assertions ambitieuses et non fondées. Il y a des produits qui prétendent pouvoir prévenir le cancer, éliminer les rides, ralentir le processus de vieillissement, et plus encore. Un très faible pourcentage de ces produits font réellement ce qu’ils prétendent faire.

La L-carnosine est un des rares suppléments alimentaires dont les études ont démontré la véracité de ses assertions. Ce supplément alimentaire est une protéine d’origine naturelle, qui a été présentée en 2012 à l’émission de télévision Dr. Oz comme le médicament miraculeux qui guérit le vieillissement. Il a été démontré depuis qu’il guérit certains types de cancer et qu’il a  plusieurs autres bienfaits pour la santé corroborés par des preuves scientifiques.

Qu’est-ce que la L-carnosine?

La L-carnosine, ou simplement carnosine, est un dipeptide d’origine naturelle des acides aminés bêta-alanine et histidine. Elle se trouve en fortes concentrations dans les tissus musculaires, le cerveau, le cœur et les yeux; essentiellement, dans les tissus qui ont la plus longue durée de vie chez les mammifères. Il s’agit d’une protéine naturelle qui possède beaucoup des bienfaits essentiels à une vie saine. Elle a été découverte par le chimiste russe Vladimir Gulevich au début des années 1900, et même s’il n’y avait que peu d’intérêt pour la carnosine en dehors de la Russie jusque dans les années 1900, elle crée, ces derniers temps, beaucoup de remous.

Les bienfaits de la carnosine s’opèrent de deux manières. Premièrement, elle retarde le processus de vieillissement des cellules (sénescence) et elle rajeunit ces cellules saines. Deuxièmement, elle est toxique pour les cellules cancéreuses, inhibant ainsi leur croissance. Sa double action est donc : de prolonger la durée de vie des cellules saines tout en étant toxique pour celles qui sont dégénérées. Les scientifiques émettent la supposition que la carnosine exécute ces doubles actions ainsi :

Traduction libre : «en affectant le métabolisme énergétique et/ou l’homéostasie de la protéine (protéostase […] la capacité de la carnosine à réduire la formation des protéines altérées […] et à accroître la protéolyse de polypeptides anormaux est indicatif de son influence sur la protéostase» (Hipkiss et al., 2013. p. 1).

Cela signifie que la carnosine peut être utilisée dans le traitement et la prévention d’une grande variété d’affections liées au vieillissement.  Un médicament miraculeux éprouvé en effet.

Les bienfaits et la recherche sur la carnosine

Les études ont démontré que la carnosine fournit une grande variété de bienfaits pour la santé. Elle promeut la santé du cœur, contrôle l’Alzheimer, inhibe la croissance des cellules cancéreuses, prévient la maladie de Parkinson, combat les complications du diabète de type 2 et, peut-être le bienfait le plus populaire de tous, elle ralentit le processus de vieillissement. La brève description suivante des bienfaits inclut les études scientifiques qui appuient chacune des ces assertions :

La carnosine – Combattre le cancer et les effets secondaires de la chimiothérapie

Par ses actions sur la glycolyse (la dégradation du glucose par les enzymes, libérant de l’énergie), la carnosine a un effet néfaste sur les cellules cancéreuses de la tumeur en inhibant leur croissance. Il y a plusieurs études qui examinent l’utilisation de la carnosine sur les cellules tumorales. Une étude conduite en 2010 par Renner et al. a montré comment la carnosine inhibe la production d’ATP de certaines cellules cancéreuses (ce qui inhibe la survie et la multiplication de ces cellules). Une autre étude (Gaunitz et al., 2010) a découvert que la carnosine prévient la croissance de tumeurs chez la souris.

En plus de tout cela, il a été démontré que la carnosine réduit les effets secondaires de la chimiothérapie. Une étude de 2012 parue dans l’édition du mois d’avril de la revue Cell Biochemistry and Function a expliqué comment la carnosine protège la souris des dommages causés par le médicament de chimiothérapie, cyclophosphamide.  La carnosine a significativement réduit les dommages aux cellules sanguines et aux autres parties du corps causés par le cyclophosphamide.

La carnosine – Promouvoir un cœur en santé

Selon les recherches sur les cultures animales, la carnosine peut protéger le cœur durant les crises. Durant une réelle crise cardiaque, le flux sanguin vers le cœur est réduit. Lorsque cela se produit, la carnosine minimise les dommages aux cellules du cœur et protège le cœur des complications durables. De plus, la carnosine augmente la capacité du cœur à pomper (contractilité) en augmentant la réponse du calcium dans les myocytes du cœur, réduisant ainsi les chances d’avoir une crise cardiaque.

La carnosine – Un antioxydant naturel

En 1997, une étude de recherche a été conduite qui a démontré que les effets protecteurs de la carnosine contre un composé toxique appelé malondialdéhyde (MDA), dont on sait qu’il cause le vieillissement et d’autres complications (Hipkiss et al., 1997). Si le MDA n’est pas contrôlé dans le corps humain, par sa toxicité, il peut causer des dommages sévères à certains lipides, à l’ADN et à des enzymes, résultant en un vieillissement significatif.  Encore une fois, il a été démontré que la carnosine protège les cellules contre les effets du MDA.

La carnosine – Prévenir la haute pression

Puisque la carnosine a été découverte en Russie, les scientifiques russes ont mené les recherches sur les bienfaits de la carnosine et ont systématiquement démontré que la carnosine peut aider à diminuer la pression sanguine. Ces études ont démontré que les mammifères avec de hauts niveaux de carnosine ont une pression sanguine plus basse par rapport à ceux avec de faibles niveaux de carnosine.

La carnosine – Combattre les complications du diabète de type 2

La carnosine minimise les effets d’un large éventail d’affections liées à l’âge. Parmi celle-ci il y a les complications du diabète de type 2, les maladies rénales liées au diabète, les cataractes et plus encore.  Le principal facteur contribuant à ces complications est la glycation des protéines liée au Méthylglyoxal (MG). Il a été démontré que la carnosine protège les protéines contre leur modification par le MG et a, par conséquent, été utilisée comme mesure préventive contre les complications du diabète de type 2.

En outre, la recherche a démontré que la carnosine peut aider à supprimer la douleur liée au diabète, ce qui signifie que, non seulement la carnosine prévient ou minimise une variété de complications du diabète de type 2, mais elle peut également minimiser l’atroce douleur qui lui est reliée. Lorsqu’il est question de diabète de type 2, la carnosine semble avoir de multiples bienfaits.

La carnosine – Anti-âge

Ce qu’il y a de plus connu de la carnosine sont ses propriétés anti-âge, aidant les gens à avoir l’air jeune plus longtemps tout en fournissant de nombreux bienfaits pour la santé tel que déjà cité.

En 1994, Mcfarland and Holliday ont conduit une étude démontrant que lorsque la carnosine est ajoutée à certaines cultures de cellules humaines (primaires de cellules fibroblastes humaines), la durée de vie de ces cellules augmente significativement, démontrant que la sénescence (vieillissement) est significativement retardée dans ces cellules. Comme une étude de Kreloff le conseille, la clé d’une vie longue et saine est de «garder ses cellules baignées dans la carnosine».

Conclusion : Comment ajouter de la carnosine à votre alimentation

La carnosine est disponible comme supplément quotidien par voie orale. Pour bénéficier du maximum des bienfaits de la carnosine, la dose quotidienne recommandée pour l’adulte type est d’au moins 600 mg. Il est recommandé que vous preniez les suppléments de carnosine avant les repas et que vous divisiez la quantité quotidienne en deux doses séparées à prendre avant le petit déjeuner et le dîner.

Pour conclure, les bienfaits de la carnosine sont trop nombreux pour être ignorés. Dans le monde d’aujourd’hui, caractérisé par des mauvaises habitudes alimentaires et une pollution toxique, prendre de la carnosine comme supplément de santé quotidien pourrait être plus important que jamais.

 

RÉFÉRENCES

  1. PDF: Boldyrev, A.A., Gallant, S.C., Sukhich, G.T. (1999). Carnosine, the protective, anti-aging peptideBioscience Report19: 581-587
  2. Boldyrev, A.A. (1999). Effect of carnosine on age-induced changes in senescence-accelerated miceJournal of Anti-Aging Medicine. 2(4):337-342.
  3. Chan, W.K., Decker, E.A., Chow, C.K., Boissonneault, G.A. (1994). Effect of dietary carnosine on plasma and tissue antioxidant concentrations and on lipid oxidation in rat skeletal muscle. Lipids. 29(7):461-466.
  4. Ermakova, V.N., Babizhaev, M.A., Bunin, A. (1988). Effect of carnosine on intraocular pressure. Bulletin of Experimental Biology and Medicine. 105(4):451-453. doi:10.1007/BF00841198
  5. Gaunitz, F., Renner, C., Zemitzsch, N., Fuchs, B., Geiger, K., Hermes, M., . . . Meixensberger, J. (2010). Carnosine retards tumor growth in vivo in an NIH3T3-HER2/neu mouse model. Molecular Cancer9(2).
  6. Hipkiss, A.R., Michealis, J., Syrris, P. (1995). Non-enzymatic glycosylation of the dipeptide L-carnosine, a potential anti-protein-cross-linking agentFEBS Letters. 371:81-85
  7. Hipkiss, A.R., Brownson, C., Carrier, M.J. (2001). Carnosine, the anti-ageing, anti-oxidant dipeptide, may react with protein carbonyl groupsMechanisms of Ageing and Development. 122(13):1431-1445.
  8. PDF: Hipkiss, A.R., Brownson, C., Bertani, M.F., Ruiz, E., Ferro, A. (2002). Reaction of carnosine with aged proteins: Another protective process? Annals of the New York Academy of the Sciences. 959:285-294.
  9. Hipkiss, A. R. (2006). Would carnosine or a carnivorous diet help suppress aging and associated pathologies? Annals of the New York Academy of the Sciences. 1067:369-374.
  10. Hipkiss, A. R., Cartwright, S. P., Bromley, C., Gross, S. R., & Bill, R. M. (2013). Carnosine: can understanding its actions on energy metabolism and protein homeostasis inform its therapeutic potential? Chemistry Central Journal, 1-9. Retrieved from journal.chemistrycentral.com/content/pdf/1752-153X-7-38.pdf
  11. BOOK: Holliday, R., Mcfarland, G.A. (2000). A role for carnosine in cellular maintenanceBiochemistry (Moscow). 65:843-848.
  12. FREE: Iovine B, Oliviero G, Garofalo M, Orefice M, Nocella F, Borbone N, et al. (2014) The Anti-Proliferative Effect of Carnosine Correlates with a Decreased Expression of Hypoxia    Inducible Factor 1 alpha in Human Colon Cancer CellsPLoS ONE9(5): e96755. doi:10.1371/journal.pone.0096755
  13. Kamei, J., Ohsawa, M., Miyata, S., & Tanaka, S. (2008). Preventive effect of carnosine on changes in the thermal nociceptive threshold in streptozotocin-induced diabetic mice. European Journal of Pharmacology600:83-86.
  14. Kim, J., Sohn, E., Kim, C. S., & Kim, J. S. (2011). Renal podocyte apoptosis in Zucker diabetic fatty rats: involvement of methylglyoxal-induced oxidative DNA damageJournal of Comparative Pathology144:41-47.
  15. PDF: Kreloff, J. (2002). Carnosine: Powerful anti-aging nutrient. Retrieved from Designs for Health Institute website:

www.rockwellnutrition.com/assets/images/docs/Carnosine-Anti-Aging.pdf

  1.  Kumar, P. A., Kumar, M. S., & Reddy, G. B. (2007). Effect of glycation on alpha-crystallin structure and chaperone-like functionJournal of Biochemistry408:251-258.
  2.  FREE: Maynard, L.M., Boissonneault, G.A., Chow, C.K., Bruckner, G.G. (2001). High levels of dietary carnosine are associated with increased concentrations of carnosine and histidine in rat soleus mucscleJournal of Nutrition. 131(2):287-290.
  3.  PDF: Mcfarland, G. A., & Holliday, R. (1994). Retardation of the senescence of cultured human diploid fibroblasts by carnosine. Experimental Cell Research. 212(2):167-175. doi:10.1006/excr.1994.1132
  4.  Mcfarland, G.A., Holliday, R. (1999). Further evidence for the rejuvenating effects of the dipeptide L-carnosine on cultured human diploid fibroblastsExperimental Gerontology. 34:35-45.
  5.  Naghshvar, F., Abianeh, S. M., Ahmadashrafi, S., & Hosseinimehr, S. J. (2012). Chemoprotective effects of carnosine against genotoxicity induced by cyclophosphamide in mice bone marrow cells. Cell Biochemical Functions. Retrieved from: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22535690
  6.  Ohsawa, M., Mutoh, J., Asato, M., Yamamoto, S., Ono, H., Hisa, H., & Kamei, J. (2012). Carnosine has antinociceptive properties in the inflammation-induced nociceptive response in miceEuropean Journal of Pharmacology. 682:56-61.
  7.  Quinn, P. J., Boldyrev, A. A., & Formazuyk, V. E. (1992). Carnosine: Its properties, functions, and potential therapeutic applications. Molecular Aspects in Medicine13:379-444.
  8.  Renner, C., Asperger, A., Seyffarth, A., Meixensberger, J., Gebhardt, R., & Gaunitz, F. (2010). Carnosine inhibits ATP production in cells from malignant gliomaNeurological Research. p. 101 – 105.
  9.  Ririe, D. G., Roberts, P. R., Shouse, M. N., & Zaloga, G. P. (2000). Vasodilatory actions of the dietary peptide carnosineNutrition16:168-172.
  10.  Roberts, P. R., Black, K. W., Santamauro, J. T., & Zaloga, G. P. (1998). Dietary peptides improve wound healing following surgery. Nutrition14:266-269.
  11.  Stovlinsky, S. L., & Dobrota, D. (2000). Anti-ischemic activity of carnosineBiochemistry (Moscow)65:849-855.
  12.  Stvolinsky, S.L., Kukley, M., Dobrota, D., Mezesova, V., Boldyrev, A. (2000). Carnosine protects rats under global ischemiaBrain Research Bulletin. 53(4):445-448.
  13.  Tamaki, N., Funatsuka, A., Fujimoto, S., Hama, T. (1984). The utilization of carnosine in rats fed on a histidine-free diet and its effect on the levels of tissue histidine and carnosine. Journal of Vitamin and Nutritional Science (Tokyo). 30(4):541-551.
  14.  FREE: Yuneva, M.O., Bulygina, E.R., Gallant, S.C., Kramarenko, G.G., Stvolinsky, S.L., Semyonova, M.L. (1999). Effect of carnosine on age-induced changes in senescence-accelerated mice. Journal of Anti-Ageing Medicine. 2:337–42
  15.  PDF: Zaloga, G. P., Roberts, P. R., & Black, K. W. (1997). Carnosine is a novel peptide modulator of intracellular and contractility in cardiac cellsAmerican Journal of Physiology, 272.